Dunkerque : en colère, les maîtres nageurs ne font plus cours à la piscine René-Leferme

Envoyer par e-mail 

Le journal du jour à partir de 0,79

La piscine reste ouverte, mais les cours ne seront plus dispensés pour une durée encore indéterminée. Depuis ce mardi, les maîtres nageurs manifestent pour l’amélioration de leurs conditions de travail.

Les formations syndicales Force ouvrière et SUD interpelle leur direction pour améliorer leurs conditions de travail.
Les formations syndicales Force ouvrière et SUD interpelle leur direction pour améliorer leurs conditions de travail.

·         Imprimer

·         - A +

« C’est une bombe à retardement ». Olivier Ryckebusch, maître nageur et secrétaire général adjoint Force ouvrière, proteste depuis ce mardi matin pour l’amélioration de ses conditions de travail avec des collègues de SUD. « Mais ce n’est pas une grève, la piscine reste ouverte au public, précise-t-il. On ne dispense plus de cours, c’est tout ». C’est tout, mais la colère est bien palpable. Les manifestants dénoncent la vétusté de l’établissement. « Elle a été déclarée insalubre en 2009, des fenêtres s’étaient écroulées, se rappelle Christine Gadéa, secrétaire de SUD. Aujourd’hui encore, des poutres sont abîmées et le système de chaufferie n’est plus aux normes ». Autre problème : des rapports d’analyse d’air, réalisés cette année par le bureau Veritas, n’auraient toujours pas été rendus publics. « La direction générale des services a-t-elle quelque chose à cacher ? Nous savons que le chlore est mauvais pour la santé des agents, ils accumulent les problèmes de bronches », ajoute Thierry Porzucek, de FO. Les manifestants veulent également que la direction augmente leurs indemnités liées au bruit : « On ne nous accorde que 3,5 € par mois, mais dans d’autres piscines de la région, elle atteint les 80 € bruts », explique Olivier Ryckebusch. Enfin, ils demandent à ce que le quart d’heure d’habillage, nécessaire à la préparation de leur équipement, soit inclus dans leur temps de travail. « Le mouvement pourrait se durcir si nous ne sommes pas écoutés », préviennent-ils.

Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :